dimanche 29 avril 2012

JL Mélenchon répond à Pujadas sur France 2

C'était le 23 avril au journal de 20 heures.



Jean-Luc Mélenchon, invité sur France 2 lundi soir, a affirmé qu'au second tour il fallait prendre "le bulletin Hollande, vous le mettez dans l'enveloppe et vous virez Sarkozy"

Jean-Luc Mélenchon, qui avait obtenu 11,1 % des voix lors du premier tour de la présidentielle dimanche, a affirmé lundi sur France 2 qu'il fallait "virer Sarkozy" en appelant ses partisans à prendre "un bulletin Hollande" au second tour de la présidentielle.

Il a ajouté que "nous ne sommes pas d'accord" sur le programme et "nous ne négocions rien".

Le leader du Front de gauche a réitéré d'entrer dans un gouvernement en cas de victoire de François Hollande mais a appelé les socialistes à "faire front contre le Front" national en mettant en avant les risques de triangulaires dans 356 circonscriptions.

Jean-Luc Mélenchon a appeler ses partisans à manifester avec les syndicats après l'annonce de Nicolas Sarkozy d'organiser un rassemblement le 1er mai. Projet qu'il a qualifié de "provocation".

Il s'est dit fier d'avoir gagner 3 millions de voix par rapport aux résultats des européennes.

Façon Johnny : A l'attention de N Sarkozy.

Je vous préviens, c'est vulgaire, mais franchement, qu'est-ce que ça fait du bien !
Pardon, je ne le ferai plus (j'essaierai...)
En tout cas, je vais tout faire pour le virer...


Tu m'emmerdes par PlaceauPeuple

samedi 28 avril 2012

1er mai : Fête des Travailleurs !


Nous relayons bien volontiers l'appel des syndicalistes à se rassembler mardi matin 1er mai très nombreux pour la Fête des Travailleurs et vous invitons à rejoindre les manifestations prévues pour les soutenir.



LE 1°MAI, FETE DES TRAVAILLEURS : RASSEMBLEMENTS ET MANIFESTATIONS !

LA SATISFACTION DES REVENDICATIONS POUR LE PROGRES SOCIAL


Dans cette période de crise en France et en Europe, les Unions Départementales CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires et l’UNSA affirment leur volonté de faire du 1er mai 2012, journée de solidarité internationale du monde du travail, une forte journée de mobilisation, de manifestations et d’expressions revendicatives pour :

  • faire entendre les priorités sociales et les préoccupations des salariés, des demandeurs d’emploi, des jeunes et des retraités, en France et en Europe ;
  • exprimer la défense des droits fondamentaux et des libertés partout dans le monde ;
  • faire reculer la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme.

Dans beaucoup de pays européens, les populations subissent des politiques d’austérité et des réformes réduisant les droits des travailleurs et leur protection sociale. La crise ne peut être le prétexte pour remettre en cause nos systèmes sociaux. Il faut une véritable politique de croissance, prenant en compte les enjeux écologiques, qui passe par l’amélioration du pouvoir d’achat et la création d’emplois.

La pression sur les salaires et l’assouplissement des règles de licenciement ne peuvent que fragiliser la croissance économique. S’il y a un manque de compétitivité des entreprises, elle est notamment due à la rémunération excessive du capital au détriment de l’investissement dans l’emploi, la formation, la recherche et l’innovation.

En ce 1er mai, nous voulons faire écho aux revendications portées par les salariés dans cette période de crise sur :

  • la priorité à l’emploi, en particulier des jeunes,
  • la lutte contre la précarité;
  • la promotion des salaires et du pouvoir d’achat doit être une priorité.

Nous réaffirmons, avec le syndicalisme européen, notre opposition à ces politiques et au nouveau traité qui, en faisant l’impasse sur la croissance, ne fera que renforcer l’austérité et la crise. Nous voulons dans les mobilisations du 1er mai réaffirmer le besoin d’une Europe solidaire affirmant sa dimension sociale, ce qui impose de :

  • - développer les droits des salariés et assurer des services publics de qualité,
  • - mettre un terme à la concurrence sociale et fiscale entre pays de l’Union européenne qui tire les garanties des travailleurs vers le bas. Il faut une autre répartition des richesses et mettre un terme à la spéculation financière,
  • - faire respecter la place et le rôle de la démocratie sociale, de la négociation collective et du dialogue social.

Troyes à 10H30 place J.Jaurès,
Romilly à 10H à la bourse du travail
Bar sur aube à 11H Place de la mairie,
Brienne 10H30 devant la mairie

vendredi 27 avril 2012

"Papa" : touchant billet de François Morel

En ces temps de campagne, François Morel nous parle de son papa, ancien cheminot, plutôt à gauche et placardeur d'affiches subversif dans un village bas-normand conservateur, gaulliste et catholique. Un belle annonce des résultats du premier tour destiné à son père aujourd'hui parti au ciel, ciel auquel il avait pourtant peine à croire (8h55 - 27 avril 2012).




Papa par franceinter

JL Mélenchon ce matin 27/4 sur France Inter

Jean-Luc Mélenchon est l'invité de Patrick Cohen dans le 7/9 sur France Inter (27 avril 2012 - 8h20). "Nicolas Sarkozy est en train d'extrême-droitiser la droite" pour l'ex candidat du Front de Gauche qui rajoute que le Président-candidat "sort des mots, des phrases, des expressions qui sont directement tirés de la collaboration".



Jean-Luc Mélenchon par franceinter

Pierre Bachelot : C'est ça le "vrai" travail ?

Le fiston à sa MAN..MAN !
Imaginez : vous avez aujourd'hui 40 ans et en poche un diplôme d'une valeur toute relative ( management artistique. !!! ) d'une école privée parisienne d'enseignement de l'art ! École pour cancres, mais cancres à parents riches !
Faut reconnaître que c'est pas facile avec ça de trouver un vrai job pour manger tous les jours !
Heureusement Pierre porte le même nom que sa célèbre Maman, la resplendissante Roselyne Bachelot..
Un nom comme ça, avec en plus la Maman qui va bien, ça vous dynamite un CV, ça vous booste une carrière !!
Donc, pour débuter dans la vie active, Pierre devient Assistant Parlementaire, de Maman, elle même députée RPR puis UMP, pendant 8 ans, de 1992 à 2002.
Puis le p'tit Pierrot est bombardé Conseiller du Ministre de l’Écologie, ( c'est Maman qu'est ministre !), jusqu'en 2004.
Ensuite il est bombardé "Responsable des Relations Institutionnelles" d'un groupe industriel important spécialisé dans l'environnement (coïncidence) jusqu'en 2007. Il perçoit un gros salaire sans que quiconque ait jamais su (lui non plus sans doute) quel travail il devait réellement fournir à ce poste !
A la suite de ce pénible travail, en 2007 toujours, le petit Pierre, décidément bon partout, rejoint Maman au sein du Ministère de la Santé, comme Conseiller là aussi !
Mais juin 2010 c'est la récompense suprême: un superbe poste de Directeur à l'INPES, un organisme de prévention directement rattaché au ministère de Maman. L'intitulé de son poste de direction est : "Responsable de Plaidoyer pour la Santé dans les Politiques Publiques". Faut quand même l'inventer ! Mais pour Pierre, il faut du sur mesure.
Cette superbe promotion fait grincer des dents...
C'est en effet un poste spécialement créé, très bien indemnisé (+ de 50 000€ nets hors primes et frais), qui est imposé à l'agence sanitaire en pleine période d'économie budgétaire... !
Ce qu'on a du mal a comprendre, c'est le rapport entre "les compétences requises" d'un poste aux contours pour le moins flous et «les compétences spécifiques» du rejeton de la Ministre (management artistique rappelons le !). Tout cela fait violemment désordre.
Enfin, une "petite cerise à mettre sur le gros gâteau" : en 2008 et 2009, Pierre Bachelot occupait un appartement très bien situé de la ville de Paris de 80 m2, dans le XV ième arrondissement, pour un loyer de 800€ par mois (épinglé par Le Canard Enchaîné et Le Parisien)
Depuis, Pierrot, qui n'a, comme Maman, décidément aucun complexe continue à rouler sa bosse « au service de l'état » bien couvé qu'il est !
Il n'a d'ailleurs toujours pas déménagé, trop content d'être logé à aussi bon prix (sans aucune mesure avec le prix des loyers couramment pratiqués dans ce bel arrondissement parisien).

(Ajout ce 25 mai 2012 : Je m'aperçois avec horreur que je suis allée trop vite et que je n'ai pas cité mes sources  : http://armella.fr/blog/?p=4565 où vous trouverez toutes les références pour ce sujet. Mille excuses...)

jeudi 26 avril 2012

Après la valeur travail quoi encore ?

1er Mai 1941 ...

Arrêtons-les avant qu'il ne soit trop tard.
Nous savons d'où viennent ces idées, nous les avons reconnues.
Ceux qui ne laissent pas faire n'ont qu'une réponse : Résistance.

Ils nous trouverons toujours sur leur chemin.

vendredi 20 avril 2012

Chut !

Voilà, plus de publication pour cause d'élection dimanche prochain.
Les commentaires aussi sont bloqués jusqu'à dimanche soir.

Les articles reprendront en fin de semaine prochaine pour cause de vacance(s) de la blogueuse.

A bientôt !

Discours de la Porte de Versailles à Paris

Jeudi 19 avril 2012, le dernier meeting de la campagne du premier tour du Front de Gauche s'est tenu au parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris. "Le peuple s'est levé et il s'est mis en mouvement !" a déclaré Jean-Luc Mélenchon dans un discours d'une heure et dix minutes prononcé devant les 60 000 personnes rassemblées dans la salle immense et retransmis partout en France dans des milliers d'écoutes collectives.


Jean-Luc Mélenchon - Discours de Paris Porte de... par lepartidegauche

AMBIANCE :
Un texte trouvé sur Facebook :

Beau texte DE Langoureau Gilles
"Je suis de retour de la vague de Paris. Là bas, j’ai versé ma larme dans cet océan de drapeaux rouges. J’ai eu la chair de poule dans cette gargantuesque « basse » cour de 60 000 volailles, qui ne veulent plus se faire plumer. J’ai chanté, cordes vocales pour les « pendre », ces voyous de la finance, déchirure au ventre, dans ce chœur, marée de cœurs généreux. J’ai frissonné de chaud dans ce cratère de révolutionnaires bouillants, battant le pavé de cette Porte de Versailles sans Versaillais. J’ai piétiné de colère, à la musique de notre tribun, les privilèges et les gavés, coincé entre une communiste et un trotskiste, une Parti de Gauche et un indigné, une fan du Bonheur et un groupie de la justice, une décroissante et un croissant de lune rêveur, une utopiste et un écologiste, un fils, un père et un papi levant le poing du jour. Avant, j’étais un pied dans la tombe de mes idéaux bafoués, et me voilà transformé en mort vivant qui fait peur aux banquiers. Mes 18 ans sont de retour ! Je gueule à poumons même pas essoufflés : « Résistance ! » Des jeunes me sourient en me reconnaissant comme frère. Je suis de nouveau à la mode. Rouge saignant et à point pour griller le capital. Une jolie fille me prend la main pour chanter l’Internationnale, et de l’autre coté, un Marseillais entonne avec moi, bras dessus bras dessous, l’Hymne des sans culottes. Où sommes nous ? Je rêve ? Non, j’ai kiffé grave ces Humains ! A la mode, le Gillou !."

petite fiction

Trouvé sur internet cette petite histoire fiction (mais est-elle si fiction que ça ?).

2017- Nous nous sommes mariés il y a 5 ans et aujourd'hui est un grand jour : nous venons d'avoir notre crédit de 40 ans pour construire notre petit chez soi.
2020- Les CDD sont généralisés dans l'ensemble de l'Europe, même dans la fonction publique.
Pas question de faire grève ou de revendiquer une amélioration des conditions de travail : trop peur de perdre notre emploi, ils nous tiennent à la gorge.
Depuis qu'ils ont libéralisé l'éducation je n'ai pas trouvé de place à la maternelle pour la petite dernière. De toute façon c'est trop cher, je privilégie les études en CM2 de Tom notre aîné. Ça a un coup certain, mais c'est pas une trop mauvaise école.

Éreintés par nos journées de travail du dimanche qui ne respectent pas plus les horaires que la personne humaine depuis que le code du travail a été démantelé à la demande de Moody's, nous nous abrutissons devant une télé qui débite son modèle monolithique.
- Notre famille vient de s'agrandir, ce n'est pas un choix, mais là encore un avortement était devenu financièrement impossible. Je pense que nous n'aurons d'autres choix que de le mettre en apprentissage à 12 ans.
2036- Nos deux grands font leurs premiers pas dans les universités. Nous nous endettons à nouveau sur 15 ans pour leurs études, pour qu'ils aient une chance d'accéder aux moins mauvaises, les meilleures étant prohibitives...

2045- Aujourd'hui, les européens sont appelés à voter pour les représentants qui siègeront au sein des quatre plus grandes agences de notations. Elles sont un peu comme l'Assemblée Nationale de la Vème république, elles décident de nos choix. Je m'abstiendrais bien mais le vote est obligatoire. Démocratie quand tu nous tiens...
Nous venons d'apprendre que l'assurance groupe qui nous protégeait refuse de continuer à nous couvrir car nous ne sommes plus rentables, or maintenant que la SS et mutuelles n'existent plus...
2052- A 60 ans, nous n'avons pas fini de payer les traites pour les études et voilà que l'on me parle d'un crédit pour financer ma future dépendance.

2057- A 65 ans, nous vendons notre petit pavillon, investissement d'une vie, pour assurer notre retraite, car les pensions ont été supprimées.
2058- A 66 ans, je suis veuve et ne peux prétendre à la pension de réversion de mon conjoint décédé : les pensions de réversion ont également été supprimées ; les cotisations de mon mari sont allées gonfler un fond de pension.
2062- J'ai 70 ans et dépassé l'espérance de vie des femmes qui est aujourd'hui de 66 ans (62 ans pour les hommes). Je m'inquiète, car mes enfants, au lieu d'hériter du petit capital immobilier que mon mari et moi avions espéré leur laisser, hériteront en réalité de nos dettes : les agences de notations viennent de légiférer pour permettre aux banques de répercuter les crédits sur les descendants !

La boucle est bouclée : les grandes lois du capitalisme mondial (1. Précarité 2. Endettement et 3. Abrutissement) ont remplacé ces vieilles et poussiéreuses devises : Liberté, Égalité et Fraternité...
Si j'avais su, j'aurais voté différemment au 1er tour !
Enfin, le passé est dans le passé. Je me contente de revoir, avec mes petits enfants, ces belles et vieilles images surannées de la Bastille, Toulouse, en passant par Marseille: J'y étais...du haut de mes 18 ans, et je me surprends à murmurer « Connerie de vote utile »!

Europe 1 interviewe JL Mélenchon avant son meeting à Paris

Voici l'interview de JL Mélenchon par Arlette Chabot le soir du meeting de Paris. Il n'y a que le son (et une image fixe), mais c'est très instructif, ne serait-ce que par le changement de ton des journalistes à son égard et le fait qu'ils le laissent finir ses développements.


Mélenchon veut "une victoire totale" par Europe1fr

Mélenchon et les mensonges sur LCP

Vidéo ludique suite aux déclarations de Patrick Chêne à propos de Jean-Luc Mélenchon. Eh oui, tous les membres du conseil d'orientation de l'Institut de l'Entreprise sont des grands patrons (ou liés de près à leurs activité). Que reprocher au candidat du Front de Gauche? Une infime approximation? Peccadille à côté du mensonge par omission de la médiacratie qui feint généralement d'ignorer que cet institut est une émanation du patronat...

jeudi 19 avril 2012

Un chroniqueur du "Guardian" défend Mélenchon.



Le "Guardian", c'est ce quotidien britannique à qui F Hollande a dit il y a quelques semaines en pensant rassurer "la city" qu'il n'y avait plus de communistes en France, ce qui avait beaucoup chagriné les communistes français et leur porte parole au sein du Front de Gauche, Jean Luc Mélenchon.
Ce journal vient de publier une très intéressante tribune sur Jean Luc Mélenchon et son offre d'une alternative progressiste. Je vous laisse le découvrir :

"Voter hors des sentiers battus"

Dans une tribune au Guardian, le politologue et co-directeur du Center for Economic and Policy Research à Washington, Mark Weisbrot estime qu'avec Jean-Luc Mélenchon, la France dispose d'une alternative progressiste. Le seul à proposer que la BCE prête aux états au même taux qu'aux banques, le seul à proposer que la France sorte de l'OTAN. Le candidat idéal pour la France selon ce politologue américain.





Le président conservateur français Nicolas Sarkozy s’est présenté en 2007 avec pour objectif de faire ressembler l’économie française à celle des États-Unis d’Amérique. Le moment était mal choisi : les États-Unis étaient alors au bord de la pire récession de leur histoire depuis la Grande Dépression, et ils allaient plomber l’économie de l'Europe, ainsi que celles d'une grande partie du reste du monde, en même temps que la leur. Les États-Unis ayant connu quatre années de croissance quasiment nulle, Sarkozy refuserait probablement aujourd'hui de tenir ce discours. Toutefois, il a bel et bien réussi, d’une certaine manière, à rendre l’économie française plus américaine.

Après avoir été l’un des rares pays à hauts revenus à n’avoir pas connu d’augmentation des inégalités entre le milieu des années 1980 et le milieu des années 2000, la France est devenue plus inégalitaire depuis l’élection de Sarkozy. Le rapport entre les revenus du 99ème centile (ceux des 1% les plus riches, en haut de l'échelle) et ceux du premier centile (en bas de l'échelle) est passé de 11,8 à 16,2. D’autres indicateurs d’inégalité ont aussi augmenté sensiblement. Ainsi, le coefficient de Gini est passé de 26,6 à 29,9. Ce changement s'est produit entre 2007 et 2010 ; la situation est probablement pire aujourd’hui.

En relevant l’âge de départ en retraite par une réforme inutile qui déclencha une forte opposition et de nombreuses vagues de protestation, Sarkozy a ouvert la voie à une France encore plus inégalitaire pour les années à venir.
La comparaison entre la France et les États-Unis est pertinente car les deux pays ont à peu près le même niveau de productivité, de production par heure travaillée. En d’autres termes, les deux pays ont la capacité économique de bénéficier à peu de choses près du même niveau de vie. Les Français ont choisi d'utiliser leurs gains de productivité sous la forme d’une réduction du temps de travail, de vacances plus longues, d’une couverture maladie universelle, de l’accès gratuit à l’université et aux services de garde d’enfants, ainsi que d’une plus grande égalité dans la redistribution des revenus. A l’inverse, aux États-Unis, plus de 60 % de la progression des revenus de ces trente dernières années a profité aux 1% les plus riches. La pauvreté est à présent revenue au niveau de la fin des années 1960 ; les droits d’inscription à l’université ont augmenté en flèche ; la loi ne prévoit pour nous aucun congé payé, et 52 millions d’Américains n'ont pas d' assurance de santé (ce chiffre pourrait diminuer dans les années à venir, mais cela dépendra en partie de la Cour Suprême).

La plupart des citoyens français tiennent à cette sécurité économique et à cette façon de partager les fruits de la prospérité. On peut donc s’étonner qu’un homme proposant un programme tel que celui de Sarkozy ait tout simplement pu être élu, et puisse avoir des chances de l’être à nouveau. Cette situation s’explique par un malentendu de l’opinion sur les questions économiques les plus importantes, malentendu entretenu et encouragé par une couverture médiatique biaisée.
Comme en 2007, l'opinion dominante est que la France vit au-dessus de ses moyens, et Sarkozy prévient à présent que, s'il n'était pas réélu, elle pourrait bien devenir la nouvelle Grèce et affronter une débâcle économique. Il s’engage donc à équilibrer les comptes publics d’ici à 2016.

Malheureusement, son rival du Parti socialiste, François Hollande, promet l’équilibre budgétaire d’ici à 2017. Il y a bien entendu des différences importantes entre les deux candidats, mais si l’un ou l’autre devait appliquer un programme d’austérité budgétaire d’une telle ampleur, à un moment où les économies française et européenne sont si faibles, il est quasiment certain que le chômage et bien d’autres problèmes économiques ne pourraient que s’aggraver. La France perdrait alors certains de ses nombreux acquis sociaux et économiques.

Fort heureusement, la France dispose d’une alternative plus progressiste : elle s’incarne dans la candidature de Jean-Luc Mélenchon, portée par le Front de gauche. Dans la course à l’Elysée, il semble être le seul à comprendre les choix économiques réels qui s’offrent à la France et à la zone euro. La France n’a nullement besoin d’une cure d’austérité qui la condamnerait à finir comme la Grèce. Au lieu de cela, Mélenchon propose que la Banque centrale européenne fasse son travail, c’est-à-dire qu’elle prête au taux de 1% à la France et aux autres gouvernements européens, comme elle le fait aux banques privées. Le poids du service de la dette française, d’environ 2,4% du PIB est encore assez raisonnable. Si la France peut continuer à emprunter à faible taux, elle pourra se sortir de ses problèmes actuels, tout en créant de l’emploi et en augmentant les revenus. Cela relève du bon sens macroéconomique.

Mélenchon veut aussi réduire le temps de travail, augmenter le salaire minimum, ainsi que les impôts pour les plus riches. Il rejette l’absurdité de l’équilibre budgétaire - comme d'ailleurs la plupart des économistes aux États-Unis - et fustige l'absence d'engagement de la Banque centrale européenne en faveur du plein emploi. Cette démarche est pertinente d’un point de vue économique puisque, notamment en période de récession, la BCE peut créer de la monnaie. C'est ce qu'a fait la Réserve fédérale américaine en créant 2 300 milliards de dollars depuis 2008 sans craindre une inflation excessive.

Mélenchon veut aussi faire sortir la France de l’OTAN. Ce serait là une très bonne chose pour la France, mais aussi pour le monde. Initialement, l’OTAN a été créée pour contenir l’Union soviétique qui, au cas où certains ne l’auraient pas remarqué, n’existe plus. Les Américains n’ont plus besoin d’ « alliés » qui aident nos gouvernements à occuper d’autres pays comme l’Irak ou l’Afghanistan, ou à entamer une autre guerre dangereuse et déraisonnable, comme nous semblons nous préparer à le faire en Iran.

Les deux finalistes se retrouveront lors d’un deuxième tour si aucun d’eux n’obtient de majorité au premier, le 22 avril, ce qui paraît hautement probable. Mélenchon gravite autour de 15 % dans les sondages, mais il se situerait encore plus haut sans la crainte de le voir le candidat socialiste éliminé du second tour. C’est ce qui s’est produit en 2002, quand le candidat d’extrême-droite anti-immigration, Jean-Marie Le Pen, président du Front national à l'époque, est arrivé deuxième, derrière Jacques Chirac, devançant de justesse le socialiste Lionel Jospin. Le risque que ce scénario se répète cette année est très faible. La candidate du Front national, Marine Le Pen, obtient entre 13 et 16 % dans les sondages. Il est clair que quiconque souhaite préserver le mode et le niveau de vie français devrait choisir Mélenchon.

Pour le candidat d'un troisième parti, il est beaucoup plus facile en France qu'aux Etats-Unis d’avoir une influence significative, même sans remporter l’élection. Hollande a déjà orienté son discours plus à gauche afin de capter les voix du Front de gauche, et Mélenchon aura des atouts en main avant de soutenir la candidature Hollande au second tour. Alors que les deux grands partis s'engagent à mettre en place des politiques économiques qui diminueront le niveau de vie des Français – alors que, en 2007, seul Sarkozy s’engageait dans cette voie – on peut difficilement trouver moment plus opportun pour voter « hors des sentiers battus ».

THOMAS SAMSON/AFP-POOL/SIPA

Le plan de bataille des financiers

Nicolas Doisy, chief economist à Chevreux (Crédit Agricole), nous fait part du plan de bataille des financiers en cas de victoire de François Hollande aux présidentielles... Et de l’angoisse en cas de montée excessive du Front de Gauche et de Jean-Luc Mélenchon.


Echo du meeting départemental à St André les Vergers

Plus de 200 personnes ont répondu "présent" pour le meeting départemental du Front de Gauche mardi soir à 19 heures à la Salle des Fêtes de St André les Vergers.

Un introduction musicale assurée par une violoniste et un accordéoniste a permis d'accueillir les participants d'une manière originale et agréable avant de commencer la rencontre proprement dite.










Les interventions brillantes et très écoutées étaient centrées sur le thème des luttes sociales, les premiers intervenants ont été la représentante des Sodimédical qui étaient venus en délégation à cette soirée, et des syndicalistes ayant pris position pour le Front de Gauche.










Ensuite, les candidats aux législatives pour les trois circonscriptions de l'Aube ont pris la parole.



La rencontre s'est terminée par les prises de parole d'Eric Corbeaux, membre de la direction nationale du PCF, co-animateur du Front des Luttes au Front de Gauche et Laurence Sauvage, responsable Nationale du PG, et co-animatrice du Front des Luttes au Front de Gauche.













mercredi 18 avril 2012

Le Programme, révision (avec les clips de campagne) (3)

Voici les clips de campagne actuellement disponibles. Vous en trouverez un ou deux ci-dessous et les liens pour ceux qui ont déjà été publiés.
Petite révision du programme de campagne avant dimanche prochain !

  1. La vraie dette est écologique (1'45)
  2. Chassons la peur du lendemain (1'37)
  3. Femmes et hommes à égalité (3'07 )
  4. Liberté égalité » fraternité (ci-dessous)
  5. Partageons les richesses (3.15)
  6. La France est attendue (ci-dessous)


Clip officiel : Mélenchon - Liberté, Égalité, ..... par PlaceauPeuple



Clip officiel : Mélenchon - La France est attendue par PlaceauPeuple

"Tous à Paris !" Temps forts de la campagne

Petit raccourci de la campagne à l'approche du dernier grand meeting au Parc des Expositions à Versailles, en point d'orgue de cette campagne.
Superbe parcours du Front de Gauche et de son candidat JL Mélenchon !



Et maintenant tous à Paris par PlaceauPeuple

"De mémoires d'ouvriers" Rappel

RAPPEL :
JEUDI 19 AVRIL, à Ciné City 20h00
Projection du film : "DE MÉMOIRES D'OUVRIERS" de Gilles PERRET.

JL Mélenchon mardi soir sur TF1

Mardi 17 avril 2012, Jean-Luc Mélenchon était l'invité de l'émission "Parole directe" sur TF1, interrogé par Laurence Ferrari et François Bachy. Il a célébré la force joyeuse du Front de Gauche qui a démontré meetings après meetings bénéficier d'un vaste soutien populaire capable de construire un véritable changement.


Jean-Luc Mélenchon - TF1 - 17.04.2012 par lepartidegauche

mardi 17 avril 2012

RAPPEL : Meeting Départemental Front de Gauche à St André les Vergers

Il se tiendra mardi 17 avril à 19 heures à la Salle des Fêtes de St André les Vergers.
Venez nombreux !
Tous les renseignements ici.

Le Programme, révision (avec les clips de campagne) (2))

Voici les clips de campagne actuellement disponibles. Vous en trouverez un ou deux ci-dessous et les liens pour ceux qui ont déjà été publiés.
Petite révision du programme de campagne avant dimanche prochain !

  1. La vraie dette est écologique (1'45)
  2. Chassons la peur du lendemain (ci-dessous)
  3. Femmes et hommes à égalité (ci-dessous )
  4. Liberté égalité » fraternité
  5. Partageons les richesses (3.15)
  6. La France est attendue




Clip officiel : Mélenchon - Chassons la peur du... par PlaceauPeuple


Clip officiel : Mélenchon - Femmes et hommes à... par PlaceauPeuple

Les erreurs d'Onfray sur Mélenchon

Une vidéo bien instructive qui répond point par point à tous les reproches qui sont faits à JL Mélenchon sur ses prises de position passées et présentes.
Cette vidéo s'appuie sur les déclarations outrancières du "philosophe" Michel Onfray l'autre jour sur Canal +, et qui sont un condensé des contre-vérités qu'on essaie de nous faire avaler concernant le candidat du Front de Gauche.

lundi 16 avril 2012

Le Programme, révision (avec les clips de campagne) (1)

Voici les clips de campagne actuellement disponibles. Vous en trouverez un ou deux ci-dessous et les liens pour ceux qui ont déjà été publiés.
Petite révision du programme de campagne avant dimanche prochain !

  1. La vraie dette est écologique (ci-dessous)
  2. Chassons la peur du lendemain
  3. Femmes et hommes à égalité
  4. Liberté égalité » fraternité
  5. Partageons les richesses (3.15)
  6. La France est attendue



Clip officiel : Mélenchon - La vraie dette est... par PlaceauPeuple

Mélenchon, le porte-parole des sans-grade

PORTRAIT /
Il a bouleversé les règles de la campagne présidentielle. Avec près de 17% d'intentions de vote, Jean-Luc Mélenchon est le troisième homme de la campagne. Il a réuni en partie la gauche radicale et s'est imposé face aux communistes dans l'alliance électorale du Front de Gauche. Qui est ce Français né à Tanger au Maroc en 1951 ?

dimanche 15 avril 2012

Le "Monde Diplomatique" à la rencontre du Front de Gauche Aube

Antoine Schwartz, journaliste au Monde Diplomatique, a souhaité rencontrer les différentes composantes du Front de Gauche de l'Aube pour un article qu'il prépare sur la campagne du Front de Gauche (en général) pour le prochain numéro du journal.
Cette rencontre conviviale et chaleureuse s'est tenue à la Dépêche de l'Aube avec un représentant de chaque formation dans l'Aube du Front de Gauche :
Jean Pierre Cornevin pour le PC, Mireille Brouillet pour le PG, Denis Canton pour C&A et Marc Joudelat et Alain Moustier pour l'Association Citoyenne Front de Gauche.


Anniversaire du coup d'état contre Chavez en 2002

Semaine anniversaire du coup d’état raté monté contre Chavez il y a 10 ans, le 12 avril 2002, quatre ans après son élection démocratique à la tête du Vénézuéla.

Parce que cette vidéo étonnante démonte les rouages de ce coup d’état fomenté par une droite revancharde et très sotte,

Parce qu’elle montre à quel point les médias (là aussi) étaient restés à la solde de cette même opposition friquée,

Parce qu’elle montre les montages grossiers censés présenter les « pro chavez » comme des bandits sanguinaires,

Parce qu’elle montre comment le peuple par sa détermination et malgré une répression sanglante a réclamé et obtenu le retour de Chavez,

Je vous la présente aujourd’hui. (quelques secondes à attendre avant que ça démarre vraiment, mais ça fonctionne !)




Discours de JL Mélenchon à Marseille

Discours de Jean-Luc Mélenchon au Prado

Posté le 14 avril 2012 par Place au Peuple dans La vidéothèque, PRESSE, REVUE DE PRESSE, S'INFORMER


Samedi 14 avril 2012, le Front de gauche était en déplacement à Marseille pour y organiser une nouvelle réplique de la prise de la Bastille. Succès total pour le Front de gauche, puisque plus de 100.000 personnes se sont mobilisées sur la plage du Prado, à Marseille.



Discours Jean-Luc Mélenchon au Prado par PlaceauPeuple

Intervention de JL Mélenchon sur la Défense

Vendredi 30 mars 2012, Jean-Luc Mélenchon s'est exprimé devant le Cercle républicain sur la politique de Défense de la France. Une allocution d'une heure et demi au cours de laquelle le candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle a plaidé pour une Défense souveraine, affranchie de l'atlantisme et de son bras armé : l'Otan.


Intervention de Jean-Luc Mélenchon sur la Défense par PlaceauPeuple

samedi 14 avril 2012

La lettre de Sarko au peuple français : RETOUR À L'ENVOYEUR

Bonjour,
La lettre de Nicolas Sarkozy aux Français va arriver dans nos boîtes.
Cette lettre peut lui être renvoyée.
La procédure est simple :
1/ Ne pas ouvrir le courrier
2/ Inscrire en toutes lettres : RETOUR à L’ENVOYEUR
3/ Motiver le renvoi sous un prétexte quelconque du style “courrier refusé”
4/ Déposez votre lettre, sans affranchissement supplémentaire à la poste
qui se chargera de la retourner à l’envoyeur et votre mission est ainsi accomplie.


Appel de syndicalistes aubois pour le Front de Gauche

Voici une invitation à répondre à l'appel des syndicalistes de l'Aube à rejoindre le front de gauche.

Il suffit de cliquer sur le bouton "signer la pétition", juste à droite, vous y trouverez le texte de l'appel.
Et vous serez invité à renseigner les différents champs.
Merci d'indiquer votre nom, il ne sera pas public, seul votre prénom apparaitra, et nous vous serions reconnaissants de renseigner également votre email (qui ne sera pas publié) et votre adresse (seule la localité apparaitra sur la liste des signataires).

vendredi 13 avril 2012

700 personnes au meeting de Reims










































Une belle réussite, ce meeting.

Rassembler 700 personnes à Reims pour un meeting électoral n’est pas chose courante.

C’est fait. 700 personnes attentives aux différentes interventions qui se sont succédées :

Quatre témoignages de syndicalistes et personnes engagées dans les luttes du monde du travail, et Danièle Obono pour Convergences et Alternative, Pacale Le Néouannic pour le Parti de Gauche et Pierre Laurent pour le Parti Communiste.

700 personnes debout pour chanter l’Internationale et la Marseilleise, ça fait chaud au cœur.

(Désolée pour les photos un peu en vrac, mais j'ai tellement peu de temps en ce moment, et tout va si vite, il vaut mieux que vous les ayez en vrac que pas du tout !)

Lettre du Président de l'Équateur à JL Mélenchon

Le Président de la République Équatoriale, Rafaele Correa Delgado, a envoyé un courrier de soutien à Jean Luc Mélenchon que nous vous reproduisons intégralement ci-dessous.

Quito, 9 avril 2012

M. Jean-Luc Mélenchon

Candidat du Front de Gauche à l'élection présidentielle de la République Française

Cher Jean-Luc,

Les injustices et les inégalités générées par un système basé sur le pouvoir de quelques uns et l'exploitation de la majorité, ont poussé, en Amérique latine, les citoyennes et les citoyens à s'unir pour redéfinir notre destin. La vérité, l'honnêteté, la force, la créativité et la simplicité des grandes idées résident en nos compatriotes et avec eux nous construisons ce futur que nous appelons tous de nos vœux.

En Amérique latine, ce système qui mettait le capital au-dessus de l'humain et les intérêts corporatistes au-dessus des droits citoyens s'est définitivement éteint. En Équateur, cela s'est traduit par le mot d'ordre du peuple : « Qu'ils s'en aillent tous! » Et c'est ainsi que nous avons débuté une révolution citoyenne destinée à changer les structures du pouvoir et à instaurer le bien vivre pour toutes et tous. Nos pas ne sont pas guidés par les recommandations du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, mais par une nouvelle Constitution, adoptée directement par le peuple, et dont les droits de l'homme constituent la colonne vertébrale.

Le nouveau Front de Gauche que tu mènes est une référence pour les mouvements progressistes de toute l'Europe, nous sommes sûrs que vous saurez affronter les défis posés par ce moment historique de la réalité européenne. Ce soutien populaire croissant est une preuve que l'Europe peut, elle aussi, surmonter le fondamentalisme néolibéral qui fait subir aux citoyens le coût de la crise, repoussant ainsi les aspirations sociales et enracinant les inégalités.

Les propositions sociales que tu fais ont d'ores et déjà commencé à être stigmatisées par les grands médias, lesquels te qualifient de « populiste » et « démagogue » : bienvenue dans la lutte, il s'agit là de la réaction du capital, lorsque se profilent les politiques et les mesures au bénéfice des travailleurs, des salariés, de la grande majorité.

Reçois, cher Jean-Luc, au nom du gouvernement de la Révolution citoyenne, de tous les révolutionnaires de l'Équateur, et de moi même, le soutien à ton projet de société au service de ton pays. Ici comme en France a sonné l'heure de la Révolution citoyenne et de la marche vers un avenir fait de vie et de paix, fruits de la justice.

Nous saluons ta reconnaissance envers le travail quotidien que des millions d'Équatoriennes et d'Équatoriens menons avec cohérence et volonté pour transformer radicalement et profondément les structures d'une réalité économique, sociale et politique qui nous avait plongés dans la pauvreté, la dépendance et le sous-développement.

Nous te souhaitons, compañero, le succès dans cette élection présidentielle. Compte sur notre solidarité militante.

Hasta la victoria Siempre,


Rafael Correa Delgado

PRÉSIDENT CONSTITUTIONNEL DE LA RÉPUBLIQUE


jeudi 12 avril 2012

Meeting départemental à St André les Vergers


Le meeting départemental de soutien au candidat du Front de Gauche Jean Luc Mélenchon se tiendra mardi 17 avril à 19 heures à la Salle des Fêtes de St André les Vergers.
Venez nombreux !




MEETING DÉPARTEMENTAL
DU FRONT DE GAUCHE DE L’AUBE



MARDI 17 AVRIL à 19 HEURES


Salle des Fêtes de Saint André les Vergers
Place François Mitterrand

Interventions de
Laurence Sauvage
Secrétaire Nationale du Parti de Gauche, animatrice du Front des Luttes,








Éric Corbeaux
Dirigeant National du PCF, co-animateur du Front des Luttes,








Et Mireille Brouillet, Pierre Mathieu et Jean Pierre Cornevin, candidats du Front de Gauche aux législatives dans l’Aube




• Prise de parole par des salariés en luttes de chez Sodimédical et des acteurs du mouvement social




• Ambiance conviviale et musicale

Venez nous rencontrer, faisons connaissance !

mercredi 11 avril 2012

J.-L. MELENCHON - PRENONS LE POUVOIR !

C'est beau !

Jeudi 5 avril 2012 Place du Capitole à Toulouse, le meeting du Front de Gauche avec Jean-Luc Mélenchon a réuni 70 000 personnes. Plus de 13 000 photos, prises de 3h00 du matin à 23h, ont été nécessaire à la réalisation de ce time laps.



J.-L. MELENCHON - PRENONS LE POUVOIR... par Ababord2012

mardi 10 avril 2012

Aubois, ils appellent à voter Front de Gauche

La Dépêche de l'Aube de cette semaine publie des appels d'aubois à voter Front de Gauche.
Vous les trouverez intégralement ci dessous... en en attendant d'autres...

BRUNO CHARRIER Cheminot, syndicaliste

Depuis 1983, date d’expiration de la Convention de 1937 créant la SNCF, les transformations successives dans le fonctionnement de ce service public n’ont eu qu’un objectif : le modeler sur les dogmes de la rentabilité financière institués, notamment, par des traités européens ultralibéraux. D’une telle situation pâtissent d’abord les usagers mais aussi les salariés de l’entreprise dont les conditions de travail se dégradent.
Le Front de gauche propose de reconquérir nos biens communs que sont les services publics, de les renforcer avec des financements dégagés de l’emprise des marchés financiers et d’étendre la démocratie en augmentant la place des représentants du peuple dans leur gestion. il préconise de rétablir le monopole public là où l’intérêt général le commande.
Démocratie avec des services publics sous le contrôle des collectivités, des salariés et des usagers, réponse aux besoins sur des critères d’efficacité sociale et de préservation environnementale… de telles propositions s’accordent avec le sens de mon engagement syndical.
C’est pourquoi à l’élection présidentielle, j’appelle à voter pour Jean-Luc Mélenchon et pour les candidats du Front de gauche aux élections législatives. à ces élections, nous avons rendez-vous avec l’Histoire, ne le manquons pas !

CYRIL ELBAZ Salarié dans la presse, syndicaliste

C’est dans la précipitation, ces derniers temps, qu’une série de lois ont été prises visant à « simplifier » le Code du travail. Quelques exemples : la loi Warsmann prétend « desserrer les contraintes excessives qui pèsent sur les entreprises, en particulier les PME… ». La loi Perruchot du 26 janvier limitera les prérogatives des CE ou, plus grave encore, les accords compétitivité-emploi remettent en cause principe de faveur accordé au salarié.
Ces trois exemples montrent à quel point la majorité actuelle est dans tous les mauvais coups pour taper sur les salariés. L’élection doit être l’occasion de tirer le rideau sur ceux qui nous tirent dessus. Force est de constater que le seul programme qui prend l’engagement d’agir tout de suite contre toutes ces lois antisociales qui ont cassé le Code du travail c’est celui du front de gauche.
L’introduction de nouveaux droits et des garanties élevés pour les salariés, le rétablissement de la hiérarchie des normes et le principe de faveur, l’obligation de réintégrer les travailleurs abusivement licenciés, l’interdiction des licenciements boursiers, le SMiC à 1 700 € brut tout de suite et le plafonnement des hauts revenus, le CDI comme norme de contrat de travail, ou les prérogatives des CE renforcées avec possibilité de veto, la prise en compte de la pénibilité dans la prise de la retraite fixée à 60 ans, etc. sont autant de droits rétablis ou renforcés permettant aux salariés comme moi de reprendre le pouvoir et leur propre dignité.
Salariés, votons pour nos intérêts, votons Mélenchon !

GILLES PONTI Responsable mutualiste santé

Jamais un mandat présidentiel n’a été l’occasion d’attaques aussi systématiques et planifiées contre le secteur de la santé et de la protection sociale.
Pendant cinq ans, l’obsession de Sarkozy, VRP des richissimes et apatrides laboratoires pharmaceutiques, des sociétés privées d’assurances, des cliniques privées et du grand patronat, mortifié depuis 1945 par la création de la Sécurité Sociale, a été de casser la solidarité nationale dans ce domaine pour le livrer à la soif de profits des opérateurs « marchands ».
Aujourd’hui, près d’un tiers des Français dit avoir renoncé à des soins en raison de leur coût et le creusement des inégalités est clairement démontré par les indicateurs socio-économiques. Le droit à la santé, avec des soins de haute qualité pour tous, est réaffirmé par le Front de gauche comme une « préoccupation transversale de toutes les politiques publiques » ; il se prononce aussi contre tous dépassements d’honoraires.
Rétablissement à 100% du remboursement des soins couverts par la Sécu en y incluant les lunettes et les soins dentaires, suppression des forfaits et des franchises…
En matière de santé, la puissance publique doit reprendre les cartes en main. Ce message, attendu depuis de longues années, est porté par Jean-Luc Mélenchon. Le 22 avril en votant pour lui, c’est notre santé avec son modèle solidaire que nous défendrons.

ANGÉLIQUE DEBRUYNE Salariée chez Sodimédical

Dans l’isoloir, le choix va se faire très rapidement.
Pourquoi ? Parce qu’il n’y a que dans le programme du Front de gauche où je me retrouve et dans lequel je vois un changement possible pour sortir de ce marasme dans lequel nous sommes enlisés.
C’est à travers le combat que l’on mène dans notre entreprise que le choix du vote s’est dessiné : Jean-Luc Mélenchon a été le premier à nous apporter son soutien. Je me suis donc naturellement intéressée à son programme. Et au vu des nouveaux droits qu’il veut accorder aux salariés au sein de l’entreprise, il est en adéquation avec notre lutte et cela devient urgent qu’un bouleversement intervienne. Le programme du Front de gauche est le plus en lien avec la réalité et les difficultés quotidiennes des salariés.

PATRICK GRACIA Syndicaliste Manoir Industries Bar S/Aube

La principale préoccupation des salariés est le pouvoir d’achat. Les profits explosent, les rémunérations des grands patrons sont indécentes. C’est une véritable provocation pour la masse des salariés qui n’arrivent même plus à vivre de leur travail. En plus, il va nous falloir travailler plus longtemps puisque Sarkozy et ses amis du Medef ont décidé de supprimer la retraite à 60 ans. La gauche doit changer tout cela et apporter plus de justice sociale. Nous sommes des millions à l’attendre.
Mais seul le Front de gauche propose d’augmenter les salaires, les retraites et les minimas sociaux. Seul, il entend résister à la loi des marchés financiers qui s’apprêtent à nous imposer, à l’issue des élections de nouvelles régressions sociales. Par milliers nous étions dans la rue contre la politique de Sarkozy. Ne laissons pas nos revendication aux portes des isoloirs, votons Front de Gauche !

Partageons les richesses ! Clip de campagne


Mélenchon - Partageons les richesses - Clip... par Mc_Rack

lundi 9 avril 2012

Contribution de Roger Delavoix

Campagne présidentielle

LES DEUX GRANDS DEFIS D’AUJOURD’HUI

SONT A LA FOIS

NATIONAUX, EUROPEENS ET MONDIAUX

1 – Notre écosystème est en grand péril

2 – L’oligarchie financière mondiale mène le monde

La France, 5ème économie du monde, est une des nations les plus en capacité de faire évoluer les situations.

La rapidité des communications, qui ne connaissent aucune frontière, fait de la Terre notre village commun.

L’évolution des sciences, technologies et même nanotechnologies (1), l’automation, l’informatique (internet) etc., ont entraîné une telle progression de productivité que nous devrions pouvoir répondre aux besoins humains de tous, tout en exigeant de chacun une contribution (travail, service…), selon ses moyens.

Pourquoi en sommes-nous incapables ?

La cause essentielle réside dans le fait d’être, non pas dans la « coopération » mais dans la guerre « concurrentielle » permanente, qui ne génère, par définition, que des gagnants et des perdants, qu’il s’agisse des entreprises, des nations ou de leurs peuples. Cela peut muter en guerres réelles.

Cette course folle est à l’origine de la plupart de nos difficultés. Des tiers-mondes demeurent, et les « quart-mondes » prolifèrent partout, à la vitesse de la progression des richesses accaparées par une petite minorité.

En France, Sarkozy avec son appel à « Travailler plus pour gagner plus » (heures sup.) accélère évidemment la progression du chômage.

Notre objectif pour ces cinq ans devrait donc consister à engager une stratégie de coopération en lien avec les autres peuples de l’Europe et du monde.

Ceux-ci ne pourraient qu’y aspirer et y entraîner leurs Nations, sachant qu’avec les moyens actuels, les déclins du monde jusqu’à son péril sont évitables.

Nous pouvons retrouver le chemin de l’avenir des générations futures et de l’évolution du monde jusqu’à son Omega positif, tel que le prévoyaient Darwin et le père Teilhard de Chardin entre autres.

I : DEFIS ECOLOGIQUES ET MIGRATIONS

La vitesse et l’importance du « réchauffement climatique » dû essentiellement à la pollution mondiale est telle que de grands experts viennent de déclarer que « si nous ne prenons pas, dès maintenant, des mesures continues et drastiques, nous ne pourrons éviter qu’avant dix ans, peut-être moins, aient lieu les plus grandes migrations du monde », envahissant entre autres l’Europe du sud, sans compter la montée des eaux de zones entières de tous les continents.

Les migrations (surtout économiques) actuelles sont une rigolade par rapport à cela. Or le protocole de Kyoto déjà insuffisant, sera caduc dans sept mois, et aucun nouvel accord international n’est en vue, le sommet de Durban l’an dernier ayant échoué. L’objectif « haut de gamme » demeurerait - mais le déblocage n’est plus envisagé avant la présidentielle de fin 2012 aux USA – ce qui reporterait à 2015 voire 2018 l’entrée en vigueur d’un nouvel accord. (Politis, 13/10/11).

En France, seuls les « Verts » (Eva Joly) et les « Rouges-Verts » (Mélenchon) sont prêts à s’acharner dès les présidentielles à défendre mondialement leurs propositions écologiques (économiques, énergétiques, de transports, etc.)

- N. Sarkozy, par contre, après avoir réduit l’ambition du « Grenelle de l’Environnement », prétend que « cela commence à bien faire ».

- M. Le Pen considère qu’« une ré industrialisation réduira l’effet de serre ».

- F. Bayrou est « pour les OGM » et prétend que « les agro-carburants piègeront le carbone de l’atmosphère ».

- Enfin, F.Hollande plaide « pour la création d’une organisation mondiale de l’environnement ».

Sauf que tout cela demeure insuffisant sans une mutation profonde de notre système économique.

La période de sécheresse que nous vivons depuis le début de l’hiver et la baisse de nos nappes phréatiques que cela induit doit nous rendre tous vigilants (consommation d’eau, de carburants polluants, etc.) et nous incite à interpeller nos représentants politiques.

II: NOTRE HISTOIRE DU XXème s. ECLAIRE LES ENJEUX D’AUJOURD’HUI

Dans nos pays occidentaux, la première partie de ce siècle (avant 1945) a été très dure. Alors que la « mécanisation » naissante aurait dû améliorer la situation de tous, le caractère « concurrentiel » du capitalisme sans règle (dès le milieu du XVIIIème) l’en a empêché.

Ce qu’on a appelé au XIXème s « révolution industrielle » a provoqué une longue émigration des milieux ruraux vers les villes et la montée d’un « immense prolétariat industriel miséreux ».

Parallèlement, les nations antérieurement « monarchistes » puis « républicaines » sont devenues concurrentielles elles aussi.

D’où d’une part :

La naissance d’une classe ouvrière revendicative, partageuse, internationaliste et soucieuse de l’intérêt général (bien commun), qu’elle soit révolutionnaire ou réformiste. D’autre part, la montée individualiste, base du capitalisme et des nationalismes.

Hélas, ce dualisme demeure mondialement. Sauf que le prolétariat salarial (à temps complet) grâce aux résultats des luttes et à l’automation, a pratiquement disparu. Ce sont les chômeurs et précaires qui constituent maintenant un quart monde prolétarien progressant partout sans avoir de moyen de défense (d’où aussi la montée des pays musulmans vers un islamisme anti-occidental).

Sauf aussi que le capitalisme productiviste à dominance monopoliste a créé une oligarchie financière qui n’investit qu’en fonction d’un maximum de profits, et non du bien commun. Elle domine donc les états, qui deviennent déficitaires et en incapacité de décider démocratiquement de l’orientation à donner à nos économies. D’où l’échec des G7 à G20, entre autres.

Mais entre ces deux situations (nouvelles) existe maintenant une immense « classe moyenne » (revenus entre 1500 et 5000 € mensuels) qui, si elle s’organise en citoyenneté active et s’unit, peut devenir la grande force en capacité de faire muter notre société « trustée » en une société « humaniste ». Mais elle est traversée par des courants liés à notre histoire, et que l’on retrouve dans la campagne présidentielle.

C’est actuellement le courant ultralibéral de Reagan et Thatcher depuis les années 80 qui domine le monde et a été très accéléré en France par N. Sarkozy. La majorité de ces classes moyennes pourrait s’y opposer aujourd’hui.

Comme le courant capitaliste sans règle des années 30, ce courant ultralibéral a provoqué une crise encore plus mondiale, dramatique aussi pour les tiers et quarts mondes, et qui insécurise maintenant une partie de ces classes moyennes. D’où aussi la montée, comme en 1934 et les années 40 des nationalismes virant toujours au fascisme. Si des nations sortaient de l’Europe, elles livreraient celle-ci à la Chine !

C’est donc cet ultralibéralisme qu’il faut combattre et remplacer, et non l’européanisation et la mondialisation, qui vont dans le sens de l’histoire, vers l’unité du monde, si elles sont « altermondialistes ».

C’est bien l’abandon de très bonnes lois mondiales comme celles de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) par des organisations comme l’OMC (Pascal Lamy, PS) qui nous a plongés dans cette crise. L’ouverture des marchés aux nations était conditionnée par leur obligation de « progression salariale, sociale et environnementale » similaire. C’est ce qui a permis à J. Delors, fédéraliste européen, d’intégrer bien des états qui ont rattrapé la progression d’alors de l’Europe, sans la moindre délocalisation.

Mais la chute des pays de l’Est et les succès libéraux ont entraîné en 2002 non seulement les droites, mais des socialistes et sociaux-démocrates (Jospin, Lamy) et leurs complices syndicaux (CES, CFDT et FO de l’époque) à ce que ces ouvertures s’effectuent sans ces conditions – et hors de tout fédéralisme. C’était revenir à la jungle…

Hélas, la droitisation (vers le FN) de Sarkozy l’entraîne maintenant à encore pire. Après avoir tellement favorisé les riches, avec l’aide de l’UMP de JF Coppé, qui vient d’exprimer sa crainte d’une nouvelle « nuit du 4 août » (qui avait aboli les privilèges et fondé la République), il s’attaque à nouveau très gravement aux salariés et autres classes moyennes, qui l’ignorent encore.

Il avait déjà prévu la « suppression de tous les acquis nationaux » en privilégiant les accords locaux moins importants et non généralisables.

Depuis, en 2004, une loi « Fillon » avait autorisé pour les accords salariaux d’entreprises des dispositions moins favorables que pour les accords de branches. Puis en 2007 une énorme brèche rompt le lien entre luttes sociales et obtention de lois en faveur des salariés.

C’est par ce lien que nous avions obtenu, entre 1910 et 1980 « les retraites ouvrières et paysannes, les congés payés, les 40 heures, le salaire minimum, la retraite à 60 ans, etc. ».

Et maintenant, le « projet Sarkozy 2012 » prévoit une casse des droits sociaux sans précédent : imposition libre de baisse de salaires, suppression de toute durée légale du temps de travail, qui sera décidée par l’employeur. Tout cela devra être inscrit au contrat de travail. Ce serait un recul de deux siècles.

DE GRACE, SALARIES OU NON, REJETONS SARKOZY !

Mais avant de choisir notre candidat, et en référence aux éléments de ce texte, il n’est pas inutile de connaître aussi les racines et certains comportements ou options des principaux autres candidats.

Ainsi, M. Le Pen et le FN ont toujours cherché de grands « boucs émissaires ». Hier les juifs, aujourd’hui les musulmans. Ils sont héritiers politiques de parents pétainistes, intégristes catholiques et monarchistes. Leur modèle est Maurras, champion du pré-fascisme des années 30. Ils sont tellement sociaux qu’ils ont toujours réclamé de l’église qu’elle supprime le « Magnificat de Marie » : Dieu élève les humbles et renvoie les riches les mains vides. Bien sûr, ils ont de grands liens avec le seul pays fasciste d’Europe, la Hongrie de Victor Orban.

F. Hollande est l’ami de Jospin et de Pascal Lamy, même s’il se réfère parfois à Mitterrand, il est bien loin de Roosevelt… Sa seule allusion connue vis-à-vis des textes antisociaux ci-dessus de Sarkozy laisse penser qu’il accorde une plus grande importance aux accords locaux qu’aux nationaux.

F. Bayrou s’appuie sur des principes et des valeurs plutôt que sur des analyses. Ainsi, pour lui, le problème c’est « le chômage » et non « la finance ». Il ne risque donc pas de s’en prendre au système économique et financier qui l’engendre ! C’est idem pour l’endettement : son principe est libéral. Son programme est bien de droite… En quoi est-il centriste ?

Il s’oppose, comme Sarkozy, au mariage homosexuel, ou au droit de mourir dans ce qu’on appelle la dignité, alors que 80% des sondés souhaitent une loi (comme en Belgique et ailleurs) qui écarterait de graves dérives.

Faudrait-il pour les « homos » préférer leur suicide au droit d’aimer et de se marier en conséquence ? Ne pas répondre aux appels désespérés de mourants dont les soins palliatifs n’ont pu endiguer la souffrance ? Où est la charité ?

On sait déjà que les « refus de contraception » avaient entraîné une multitude d’avortements. Pourquoi choisir l’absolu des principes à la miséricorde ?

PAR CONTRE, JEAN-LUC MELENCHON, C’EST LE JEAN JAURES D’AUJOURD’HUI.

Les médias et les tracts vous ont fait connaître

sa fougue et son projet, établis avec tout le « FRONT DE GAUCHE ».

Pour qu’il réussisse avec nous, vivons « la révolution citoyenne » avec lui.

VOTONS ET APPELONS DONC A VOTER POUR LUI

Si nous gagnons, c’est toute l’Europe et le monde

qui chercheront aussi la victoire de l’HUMANISME !!!

Roger DELAVOIX ,

Ancien Secrétaire de l’Union Départementale (1957 à 1967) de la CFDT d’alors,

Membre de la Gauche du Parti Socialiste de 1969 à 2011,

Aujourd’hui membre du PARTI DE GAUCHE

(1) Qui exigeraient une éthique actuellement insuffisante